Le blog

Voiture autonome : mais où en est-on vraiment ?

Elle est partout : Dans les journaux, à la télévision, dans votre fil d’actu Facebook : La voiture autonome, fantasme à la fois de l’automobiliste et du constructeur automobile, occupe depuis quelques temps, de façon régulière, les gros titres de l’actualité.

Un enjeu énorme

En cause ? Google, Apple, Tesla, mais aussi PSA ou encore Ford, toutes les grosses entreprises concernées plus ou moins directement par le marché de l’automobile sont dans les starting blocks. Pourquoi ? Un marché énorme, à l’échelle mondiale : Le BCG (Boston Consulting Group) estime le marché à environ 42 milliards de dollars. Loueurs de voitures, sociétés de transports, taxis, vtc, mais aussi chaque particulier souhaitant renouveler son véhicule vieillissant, TOUT LE MONDE, ou presque, est concerné.

Mais c'est pour quand, au juste?

Mais où en est-on vraiment ? Les experts du secteur s’accordent à dire que les premières voitures autonomes verront le jour en 2020 environ en Europe, peut être légèrement plus tôt aux Etats Unis ou la législation est plus souple et le lobbying des entreprises plus puissant. Plusieurs étapes ont déjà été franchies : La voiture qui exécute son créneau seul, ou celle qui s’arrête de façon automatique dans la file d’embouteillages, ou encore celle qui adapte sa vitesse sur la voiture qui la précède. Toutes ces innovations technologiques sont de grands pas vers la voiture 100% autonome.

Quelques freins, néanmoins...

Néanmoins, de nombreuses interrogations subsistent, et pas des moindres : Pas vraiment d’ordre technique, puisque la majorité des constructeurs affirment qu’il est aujourd’hui possible de mettre en service une voiture autonome fiable et entièrement fonctionnelle, mais plutôt d’ordre philosophique et juridique. Le site Science Daily met en exergue un problème essentiel : L’IA (intelligence artificielle) du véhicule sera assez puissant pour pouvoir faire des choix de vie ou de mort. Mais le doit-il ? Qui choisira-t-il, si vous tuer signifie sauver deux ou trois vies, par exemple ? Et qui devra-t-on blâmer si un accident se produit ? Le propriétaire du véhicule ? La société qui l’a conçu ? Personne ? D’autres problèmes juridiques freinent également l’avancée de la mise en service de ces véhicules : Les assureurs ne sont pas prêts et ne se sentent pas encore capables, dans la grande majorité, d’évaluer les coûts et les risques liés à l’utilisation de ce type de voiture. Mais de manière générale, ces verrous devraient sauter très vite car cette avancée technologique rentre dans un cercle vertueux permettant de réduire très considérablement les risques d’accidents de la route. Alors, qui sait ? Peut-être qu’en 2020 vous louerez une voiture sur DriiveMe et que vous pourrez lire, travailler ou même dormir le temps du trajet !

publié le 23/10/2015
Actualité Innovation Insolite